Régime pour personnes souffrant de TDAH

09 Août, 2021

La santé, la nutrition et le régime alimentaire peuvent avoir un impact énorme sur la vie des enfants et des personnes diagnostiquées avec un TDAH.

Au cours des 24 dernières années, les thérapies nutritionnelles ont aidé des centaines de personnes atteintes de TDAH. Dans de nombreux cas, les changements de mode de vie ont non seulement soulagé les symptômes d'hyperactivité, d'attention et d'impulsivité, mais ont également détendu l'enfant.

De nombreux adultes et enfants atteints de TDAH sont enthousiastes à l'idée de découvrir des compléments alimentaires et des aliments dans le cadre d'un plan alimentaire pour gérer leurs symptômes, mais ils manquent souvent de conseils. Apprenez à découvrir des options nutritives pour les enfants et les adultes - ce qu'il faut inclure dans les repas habituels de votre famille et ce qu'il faut éviter - pour obtenir une amélioration considérable des symptômes.

Les protéines et les bonnes graisses

Les aliments riches en protéines tels que le bœuf maigre, le porc, le poulet, le poisson, la volaille, les haricots, les amandes, le soja et les produits laitiers contenant peu ou pas de matières grasses peuvent contribuer à atténuer les symptômes du trouble déficitaire de l'attention.

Le cerveau utilise les régimes riches en protéines pour synthétiser les neurotransmetteurs, les substances chimiques que les cellules cérébrales envoient pour interagir. Les protéines peuvent aider à éviter les pics de glycémie qui contribuent à l'hyperactivité. La consommation de protéines au petit-déjeuner aidera l'organisme à produire des neurotransmetteurs qui dynamisent le cerveau.

L'intégration de protéines et de glucides complexes, riches en fibres et pauvres en calories vides et en sucre, aidera toute personne à contrôler les symptômes du TDAH tout au long de la journée, que vous soyez sous prescription médicale ou non. La recommandation la plus importante est de réduire la consommation fréquente de sucre.

De nombreuses personnes ignorent que la consommation de glucides simples et raffinés, comme la farine de blé ou les crêpes, est pratiquement identique à la consommation de tonnes de sucre ! Votre organisme convertit ces glucides transformés en glucose à un rythme si rapide que l'impact est presque identique à celui de la consommation de cuillerées de sucre.

Un petit-déjeuner composé de céréales sucrées, d'un verre de jus d'orange en bouteille ou d'une crêpe avec de la crème, du beurre et du sirop augmente rapidement la glycémie. L'organisme réagit en produisant de l'insuline et d'autres substances chimiques qui font chuter dangereusement le taux de sucre dans le sang et déclenchent les hormones du stress. Quel est le résultat ? Au milieu de la matinée, vous et votre enfant êtes hypoglycémiques, irritables et agités. Cela peut aggraver les symptômes du TDAH ou amener certains jeunes qui n'en sont pas atteints à se comporter de manière imprévisible. Les symptômes de l'après-midi seront similaires si vous consommez un repas à base de glucides simples et à faible teneur en protéines.

Optez plutôt pour des petits-déjeuners et des déjeuners riches en protéines, en glucides complexes et en fibres, comme du porridge avec un verre de lait ou du beurre de noix sur un morceau de pain grillé complet. Les amidons de ces glucides sont transformés relativement lentement, car une combinaison de protéines, de fibres et de bonnes graisses entraîne une libération plus régulière et soutenue de la glycémie. Quel est le résultat ? Un enfant peut améliorer sa concentration et son comportement en classe, et un adulte peut venir à bout de la longue réunion du matin.

Un pour l'huile, l'huile pour un !

Les acides gras oméga-3 sont des lipides nécessaires au fonctionnement du cerveau. On les qualifie de lipides "essentiels" car l'organisme ne peut pas les synthétiser. Selon une étude, les enfants atteints de TDAH présentaient des taux sanguins d'acides gras oméga-3 inférieurs à ceux des enfants sans TDAH. Par conséquent, si votre enfant n'est pas un fervent mangeur de poisson, vous devrez lui donner un supplément, généralement de l'huile de poisson, afin de maintenir des niveaux sains.

De nombreuses recherches sur les acides gras oméga-3 et le TDAH ont démontré un effet bénéfique. Selon une étude réalisée en 2009, 25 % des enfants qui ont reçu des doses quotidiennes d'acides gras oméga-3 ont constaté une réduction significative de la gêne au bout de trois mois. Après six mois, plus de 50 % ont constaté une amélioration de la gestion des symptômes. Il s'agit d'un excellent résultat pour un complément alimentaire qui est tout à fait sûr et présente peu d'effets indésirables.

En quelle quantité et sous quelle forme votre enfant doit-il consommer des acides gras oméga-3 ? Quelle pilule oméga-3 est la meilleure pour moi ? C'est un peu plus compliqué que cela. L'acide eicosapentaénoïque (EPA) et l'acide docosahexaénoïque (DHA) sont les deux principaux acides gras oméga-3 présents dans les suppléments (DHA). La majorité des avantages semblent provenir des produits d'acides gras contenant une concentration plus élevée d'EPA que de DHA. Pour les jeunes enfants, une dose totale de 700 à 1 000 mg par jour ; pour les enfants plus âgés, je propose 1 500 à 2 000 mg par jour.

Les acides gras oméga-3 sont disponibles sous forme de pilules, de liquides et de produits à mâcher. Malheureusement, les bonbons et les comprimés à mâcher contiennent très peu d'huile de poisson, ce qui rend coûteux et fastidieux le fait de donner à votre enfant la quantité recommandée. La plupart des enfants qui sont trop inexpérimentés pour ingérer des comprimés peuvent boire le liquide, mais vous devrez faire preuve de créativité pour les convaincre de le faire. Il est possible de combiner les acides gras oméga-3 liquides avec presque tout. Les jus de fruits et les milkshakes sont deux boissons préférées à mélanger avec de l'huile de poisson.


Attention aux intolérances alimentaires

De nombreuses recherches ont révélé qu'un nombre important d'enfants souffrant de TDAH sont intolérants à certains repas typiques. Ces sensibilités accentuent gravement les symptômes du TDAH. Dans une étude récente, 50 jeunes ont été soumis à un régime alimentaire contrôlé pendant cinq semaines, et 78 % d'entre eux ont vu leurs symptômes de TDAH s'améliorer de manière significative !

De nombreux enfants ont vu leur état s'améliorer lorsqu'ils ont cessé de consommer les produits auxquels ils étaient allergiques. Le lait, le gluten et le soja sont les allergènes les plus souvent cités.

Il est essentiel de comprendre que les enfants atteints de TDAH n'ont souvent pas d'"allergies alimentaires" au sens médical du terme. Les tests d'allergie alimentaire sont généralement négatifs chez ces enfants. La seule méthode pour déterminer si votre enfant a des sensibilités alimentaires est d'omettre certains aliments de son alimentation normale et de surveiller ses réactions. Si un enfant présente des symptômes de type allergies, asthme, eczéma ou difficultés gastro-intestinales, il est possible qu'il ait des sensibilités alimentaires.

Si vous pensez qu'un ou deux aliments augmentent les symptômes du TDAH de votre enfant, essayez d'en éliminer un seul pendant 2 à 3 semaines. Pendant cette période, gardez un œil sur les symptômes de votre enfant. Si vous envisagez de vous lancer dans un régime restrictif, demandez conseil à un expert.

Avoir un TDAH n'est pas facile, mais cela ne signifie pas que vous ne pourrez jamais gérer les symptômes. Il ne s'agit là que de quelques changements alimentaires que vous devez effectuer pour pouvoir mener une vie normale. Consultez au préalable un spécialiste du TDAH pour savoir comment relever ce défi, en toute sécurité.


Nous acceptons les articles invités et d'autres collaborations sur les blogs. Les sujets peuvent inclure mode de vie, travail, santé, forme physique, ergonomie, meubles, maison, technologie, entreprise et plus encore. Si vous souhaitez collaborer avec nous, envoyez un message à sophie@flexispot.com.

Inscrivez-vous pour recevoir notre Newsletter et obtenir les meilleurs conseils ergonomiques